La cause de la poussée d’activité volcanique de la Terre

Ce week-end, le volcan Cumbre aux Canaries a complètement paralysé l’île de Palma avec des blocs de lave d’une hauteur sans précédent. De l’autre côté du globe, sur l’île française de la Réunion, les éruptions du Piton de la Fournaise sont également très fréquentes. Face à cette poussée de l’activité volcanique de la Terre, les scientifiques cherchent depuis longtemps à en comprendre l’origine.

Selon eux, il s’agirait d’un véritable réseau, présent au cœur de notre planète, qui pousserait les laves brûlantes du manteau à la surface de la Terre. Il serait présent dans les épaisses couches du manteau depuis sa création, il y a des milliards d’années.

A voir aussi : Quelle est la distance entre Toulon et la Corse ?

Le manteau bouge beaucoup plus que vous ne le pensez

Selon plusieurs études, il est responsable des « pièges Deccan » survenus sur Terre il y a 65 millions d’années. Cette série de crues de lave avait alors profondément modifié le climat de la Terre, provoquant ainsi la fin des dinosaures, déjà fortement affaibli par la chute d’un astéroïde supermassif.

Encore peu connu du monde scientifique, ce réseau souterrain a été étudié très attentivement depuis 2012 par une équipe internationale de géophysiciens et de sismologues. Dans les résultats de cette étude, publiée récemment dans la revue Science, les chercheurs expliquent que ce « réseau » n’est pas seulement une colonne au-dessus de l’océan Indien comme ils le pensaient initialement.

A lire aussi : Quelles sont les langues les plus parlées dans le monde ?

Un réseau souterrain en forme d’arbre

Il se déploie comme un arbre, aux multiples branches, s’élevant du cœur de la Terre jusqu’à la croûte de la planète. À chaque extrémité (ou presque) de ces branches se trouve un volcan, actif, dormant ou éteint. La présence de ce magma est suggérée depuis de nombreuses années, mais sa confirmation pourrait jouer un rôle important dans notre connaissance des volcans.

En fait, en cartographiant cette structure en branches avec précision, en partant de l’hypothèse que cette dernière continuent de progresser au fil des siècles, il serait possible de prédire la position des volcans suivants, en se basant sur l’évolution de ces branches qui finiront par percer un jour la croûte terrestre.

Cette découverte apporte une nouvelle théorie sur la naissance des volcans. Alors que les mouvements des plaques tectoniques forment la plupart d’entre eux, certains volcans appelés « points chauds » sont nés au cœur d’une plaque sans que les scientifiques n’en aient vraiment compris la raison. C’est le cas, par exemple, du piton de la Fournaise à La Réunion.

Océan Indien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.