Pourquoi aller vivre en Californie ?

Laura et Pierre sont deux jeunes Français expatriés à San Francisco depuis quelques années. Ils vous donnent quelques conseils pour réussir vos premiers jours d’expatriation à San Francisco.

Offres d’emploi en Californie

Ah California : son soleil, ses plages bondées de surf, sa nature sauvage et sa douceur de vivre… Mais nous aurions tort de ne tomber que dans ce lieu commun. La Californie est également des villes grandes, dynamiques et reconnues dans le monde entier telles que Los Angeles, San Francisco, Sacramento, San Jose et San Diego. Un territoire immense reconnu comme le berceau des entreprises innovantes.

Lire également : Quand partir en Floride routard ?

Il existe de nombreux sites d’entreprises mondialement reconnues dans la Silicon Valley  : Facebook, Google, Uber, Adobe Systems, Chevron, Symantec, Appel, Ebay… De plus, s’il s’agissait d’un territoire indépendant, il serait la sixième puissance économique mondiale. Si vous savez comment coder ou gérer des numéros facilement, vous aurez une bonne possibilité de trouver un emploi dans la baie.

Mais la Californie n’est pas seulement un territoire pour les geeks, c’est aussi un territoire pour les artistes  : Los Angeles a vu naître les plus grands acteurs et réalisateurs du monde. Il existe de nombreuses écoles pour se former à ces métiers, et de grandes entreprises comme Warner recrutent également… Cela dit, la compétition est très, très rude !

A voir aussi : Quelle est la différence entre ambassadeur et consul ?

Enfin, sachez que les Californiens adorent la cuisine française ; de plus en plus de restaurants gastronomiques et de boulangeries françaises émergent dans toutes les grandes villes de Californie. Et quand on voit que malgré le prix de la baguette fixé à 3,50 $ et celui du croissant à 4 $, les boulangeries ne sont pas pleines, disons qu’il y a du potentiel !

Personnellement, ce que nous avons apporté en Californie est notre côté geek et c’est pourquoi nous avons déménagé à San Francisco.

Donc, si votre visa est prêt et que vous venez d’y arriver nouvelle vie, suivez les quelques conseils ci-dessous et vous verrez que vos premiers pas en tant qu’expatrié à San Cristallo seront limpides !

Votre arrivée en tant qu’expatrié à San Francisco

Le visa tamponné dans une main, le passeport dans l’autre, 11 heures de vol entre les pattes, 1 à 2 heures d’attente pour l’immigration, l’œil vitreux, les cheveux en bataille mais peu importe parce que vous y êtes : San Francisco ! Heureusement, la luminosité qui règne en Californie vous fera vous réveiller rapidement et votre excitation à l’idée d’arriver enfin aussi.

Après quelques jours d’ajustement, vous êtes dans votre appartement temporaire en train de réfléchir aux prochaines étapes. Où commencer à trouver un logement, ouvrir un compte bancaire, obtenir une autorisation de travail (si votre visa ne le permet pas), obtenir un numéro de sécurité sociale, assurer votre santé… rien de panique, on vous dit tout !

Ouvrez un compte bancaire

On nous dit que sans numéro de pension social, il aurait été difficile d’ouvrir un compte. Honnêtement, nous sommes allés à Wells Fargo et nous n’avons eu aucun problème. Nous sommes allés à l’agence sans rendez-vous et nous nous en sommes occupés immédiatement ; bien sûr, nous avons dû présenter nos documents d’identité, une adresse de contact, les coordonnées de nos employeurs et 300 $ à déposer sur le compte comme premier dépôt. C’est ça ! Il a fallu une demi-heure pour ouvrir un compte conjoint et deux comptes personnels. À la fin de cette ouverture de compte, vous recevrez une carte de débit ; c’est une carte classique qui vous permet de payer les commerçants et de retirer de l’argent (c’est la carte que nous utilisons principalement en France).

Les Américains utilisent davantage les cartes de crédit. Une carte de crédit est, comme son nom l’indique, un crédit effectué auprès de votre banque. Avec cette carte, vous dépensez l’argent de la banque que vous remboursez au fur et à mesure. Ce système vous permet de créer votre pointage de crédit plus rapidement et accumulez des avantages (comme 1 $ dépensé, 1 mile accumulé ou remboursement de 10 %…). C’est pourquoi les Américains l’apprécient beaucoup. Mais vous ne l’obtiendrez que plus tard, lorsque vous aurez construit un peu d’historique avec votre banque (généralement 6 mois).

Personnellement, nous sommes très satisfaits du fait que Wells Fargo soit la première banque. Il y a des agences à chaque coin de rue, de nombreux distributeurs automatiques de billets et un service très professionnel, donc rien à redire.

Il semble que toutes les banques fonctionnent de la même manière car nous n’avons jamais entendu quelqu’un de notre entourage d’expatriés refuser d’ouvrir un compte. Et si jamais cela vous arrive, essayez une autre banque, vous avez le choix : Citibank, Bank of America, Bank of the West…

Trouvez un hébergement

Tout d’ abord, définissez le ou les quartiers dans lequel vous souhaitez vous installer. Tenez compte les zones de brouillard, l’accessibilité par les transports publics, la distance des écoles et bien sûr le loyer que vous êtes prêt à payer. Certains quartiers sont beaucoup plus chers que d’autres !

Le système américain désigne les maisons en fonction du nombre de chambres à coucher et du nombre de salles de bains. Ainsi, un appartement de deux chambres et une salle de bains seront appelés une salle de bains à 2 lits. Ne vous attendez donc pas à voir l’annonce affichée dans l’annonce de la zone d’appartement.

Bon et concret, où le trouver ?

Les appartements ci-dessous sont souvent disponibles « immédiatement ». Cherchez quand vous êtes prêt à déménager.

Pour postuler, on vous demandera généralement les documents habituels : preuve d’identité, chèque de paie ou certificat de travail, numéro de sécurité sociale, lettre de recommandation (amis, dirigeants, ancien propriétaire…). En tant que nouvel arrivant aux États-Unis, nous avons souvent la moitié des documents requis, donc prévoyez de fournir une capture d’écran de vos comptes bancaires pour justifier vos moyens. Si votre dossier est accepté, il vous sera demandé un acompte allant de 1 à 2 mois de loyer et le premier loyer. Prévoyez donc suffisamment d’argent pour couvrir ces coûts.

Enfin, gardez à l’esprit que souvent le bail (contrat de location) est conclu pour une période d’au moins un an ; en d’autres termes, vous acceptez de louer l’appartement pour au moins un an. Si vous décidez de quitter l’appartement avant la fin du bail, le propriétaire a le droit de vous demander les loyers restants.

Demandez une autorisation de travail = EAD (Document d’autorisation de travail)

Si vous avez choisi de vous installer aux États-Unis, cela signifie que vous avez un visa. Le visa dépend de votre entreprise (étudiant, entrepreneur, employé…) et ne vous permet pas forcément de travailler. Dans notre cas, nous sommes en visa L1 et L2. Le visa L1 permet de travailler, mais pas le visa L2 ; il est donc nécessaire de demander un permis de travail.

Le processus est assez simple mais prend beaucoup de temps. Gardez donc à l’esprit avant de partir que la personne titulaire d’un visa L2 ne pourra certainement pas travailler avant 3 mois en moyenne après son arrivée sur le territoire.

Pour obtenir l’EAD, il suffit de remplir le formulaire I-765 et d’apporter avec vous le contrat de mariage (en anglais ou en français), l’I-94, deux photos d’identité et une copie de votre visa. Il vous sera également demandé de payer des frais d’administration de 410 $. D’autres documents peuvent être nécessaires et nous vous encourageons à consulter le site officiel de l’administration américaine.

Une quinzaine de jours plus tard, vous recevrez une convocation officielle pour contracter vos prêts et vérifier les informations que vous avez envoyées.

Vous recevrez votre EAD dans un délai de 2 à 4 mois et vous pourrez (enfin) commencer à travailler !

Demandez un numéro de sécurité sociale : le NHS

La sécurité sociale américaine n’a pas la même utilité que la sécurité sociale française. Cette première ne vous permet pas de vous faire rembourser les médicaments ou les rendez-vous médicaux. Ce sont les assurances qui sont faites à cet effet aux États-Unis.

L’objectif principal de la sécurité sociale américaine est de vous fournir un numéro d’enregistrement unique et confidentiel qui servira d’identifiant dans toutes vos procédures administratives et au-delà. Une fois inscrit aux États-Unis, votre numéro vous suivra à vie. De plus, vous n’aurez qu’à prendre les mesures une fois, même si vous quittez les États-Unis et que vous revenez plus tard.

Pour obtenir un numéro de sécurité sociale, vous devez vous présenter en personne au bureau de sécurité sociale local avec le formulaire de demande : une carte de sécurité sociale dûment remplie (formulaire SS5), une pièce d’identité, votre I-94, l’original du visa et le formulaire DS2019. Consultez la liste sur le site officiel au fur et à mesure qu’elle peut évoluer.

L’administration américaine vous recommande d’attendre 10 jours après votre arrivée avant de faire votre demande. Vous recevrez votre carte de sécurité sociale chez vous dans un délai de 2 à 8 semaines.

Vous devrez informer votre employeur de votre NHS. Si vous devez commencer à travailler avant de recevoir votre NHS, vous pouvez demander un « reçu » à la Social Security Administration (SSA) pour connaître ce numéro et pouvoir l’utiliser. Enfin, sachez que toute l’approche est gratuite.

Soyez prudent si vous déménagez, transférez votre courrier et assurez-vous d’en informer l’administration. Il n’est pas rare que le courrier contenant la carte soit perdu et que la demande d’un duplicata allonge les délais. Pour ne pas avoir de problèmes, nous avions indiqué l’adresse de notre travail.

Votre SSN est un numéro d’enregistrement unique et confidentiel. Ne le donnez à personne, pas même au médecin. En général, on vous demande les 4 derniers chiffres pour vérifier votre identité, mais on vous demande rarement le numéro entier. La fraude et le vol d’identité sont nombreux aux États-Unis, alors sans être paranoïaque, restez vigilant ?

Achetez une assurance maladie

Comme mentionné précédemment, la sécurité sociale américaine n’est pas destinée à couvrir les frais de santé. Et lorsque vous savez que les factures médicales sont la principale raison de l’échec personnel aux États-Unis, il est impératif que vous étudiiez cette question au préalable.

Une simple visite chez le médecin pour le rhume peut être cher, très cher (450 $ par consultation). Imaginez donc que vous ayez un petit accident dès votre arrivée et que vous deviez vous rendre à l’hôpital pour y être soigné…

Le système de santé aux États-Unis est privé, mutuel, ce qui signifie que chacun contribue à un plan d’assurance en fonction de ses moyens et des risques pour la santé qu’il souhaite couvrir.

Après la réforme initiée par Barack Obama (et toujours en vigueur sous le gouvernement de Trump), chaque résident américain doit souscrire une assurance « conforme à l’ACA » sous peine de payer une taxe, l’ACA Penalty Tax, qui sera évaluée en fonction du revenu et du nombre de personnes par ménage. Autrement dit, avoir un prêt hypothécaire est obligatoire !

Même si ce n’est pas obligatoire, vous êtes vraiment encouragé à souscrire une assurance maladie. Comme mentionné précédemment, le traitement coûte très cher. Nous sommes jeunes et en bonne santé, et nous n’avons pas eu beaucoup de médecins à faire. Toutefois, voici quelques exemples de les dépenses que nous avons dû engager :

– Consultation radio et genou : 1 900 $

– Gynécologue (consultation de routine) : 550 $

– Médecin généraliste pour le rhume : 450 $

De plus, les médecins américains poussent un peu à la consommation…

Voici des exemples de petits bobos. Malheureusement, nous avons vu des gens autour de nous qui souffraient de vrais problèmes d’hospitalisation depuis plusieurs jours ; le reste du personnel était astronomique et ce malgré une bonne couverture santé.

Avant de partir, découvrez les différentes solutions d’assurance maladie qui s’offrent à vous : souscrivez une assurance maladie américaine locale; ou souscrivez une assurance maladie en France comme ACS qui propose des contrats d’assurance expatriation conçus pour les États-Unis et conformes à la réforme de l’Obamacare. Vous ne le regretterez pas !

Même si nous faisons de notre mieux pour vous fournir des données vérifiées et à jour, ces informations peuvent être sujettes à modification. Nous vous recommandons de vérifier la validité des informations auprès des autorités compétentes. En aucun cas, ACS ne pourra être tenu responsable de tout inconvénient résultant des informations mentionnées ci-dessus.

Amérique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.