Anecdotes sur quelques équipes de football

Nous connaissons toutes les belles histoires des 24 équipes participant à l’Euro. Mais aujourd’hui, le Quotidien du Sport vous permet de découvrir les petites histoires des pays, à travers des anecdotes. Anecdotes sur un joueur ou sur l’équipe elle-même. Groupe B : Danemark, Finlande, Belgique et Russie.

Danemark (10e du classement FIFA) : Victoire en 1992 sans être qualifié !

Pour l’Euro 1992, le Danemark n’a pas réussi à se qualifier. Mais aujourd’hui, c’est le titre de la sélection danoise. Deuxième de son groupe derrière la Yougoslavie, le Danemark n’aurait pas dû décoller pour la Suède.

A voir aussi : Infos pratiques sur la Barcelone

Mais le déclenchement de la guerre civile en Bosnie incite les Nations Unies à prendre des sanctions contre la Yougoslavie. En conséquence, l’UEFA exclut l’équipe yougoslave. C’est donc le Danemark qui est en cours de rédaction et qui est l’invité de dernière minute.

2e du groupe derrière le pays hôte, le Danemark entre en finale et bat les favoris allemands 2 buts à 0. Le pays nordique obtient une performance au cours de cet euro qui n’a pas été révisée depuis lors. Ils ont réussi à battre les trois derniers gagnants de la compétition : la France, les Pays-Bas et l’Allemagne.

Lire également : Comment se rendre à Varsovie ?

Pourtant, privés de leur star Michael Laudrup, froids avec l’entraîneur, les Danois font preuve d’une solidarité extrême tout au long du tournoi. Décomplexés, les coéquipiers de Peter Schmeichel entrent certainement dans l’histoire contre l’Allemagne.

Finlande (54a) : L’Euro est tout nouveau !

Deuxième du groupe de qualification derrière l’Italie, la Finlande est en quelque sorte l’invitée surprise de cet Euro 2021. En fait, cette qualification est la première pour un concours international pour ce pays de 5,5 millions d’habitants. Mais malgré ce statut d’invité surprise, les Finlandais peuvent se vanter d’avoir battu l’équipe de France au Stade de France fin 2020. Ce n’est pas une petite entreprise de battre les champions du Le monde à la maison…

Hormis Teemu Pukki, le buteur de Norwich très connu des adeptes de la ligue anglaise, aucun joueur ne meurt à l’écran dans cette équipe. Nous pourrions donc prédire un sort compliqué pour eux. Mais souvenez-vous de l’Islande en 2016. L’Euro a été leur première compétition et a impressionné un grand nombre d’observateurs.

Belgique (1er) : Il faut penser au football d’Eden !

La Belgique est l’un des pays privilégiés pour cet euro. Avec sa génération dorée, ils ne peuvent espérer rien d’autre que la victoire. Cependant, ils devront probablement faire face à un Eden Hazard déformé, dévoré par ses blessures.

L’histoire remonte à quelques années, lorsque l’attaquant belge était toujours du côté de Chelsea. C’est son ancien coéquipier Filipe Luis qui raconte cette histoire au Daily Mail. Selon le Brésilien, Eden Hazard est l’un des joueurs les plus talentueux avec lesquels il a travaillé. Mais aussi l’un des plus décontractés. première des matches, Eden Hazard « ne s’est pas bien entrainé, il a joué Mario Kart », témoigne le défenseur. S’agit-il d’un manque d’ambition ou de motivation ?

On connaît la capacité d’Eden Hazard à se surpasser lorsqu’il joue avec les Red Devils, mais cette année, on doute de son niveau. La Belgique devra encore compter sur lui, son maître pour jouer Kevin De Bruyne forfait pour le premier match contre la Russie.

Russie (38e) : 12 ans de goulag pour le meilleur joueur russe en 58 !

En 1958, Edward Strelstov était le meilleur buteur soviétique de l’époque. Pourtant, sa carrière a pris fin. Cette année-là, il refuse d’épouser la fille d’un protégé de Nikita Khrouchtchev, le nouveau maître de l’URSS. Quelques jours avant de commencer la sélection, il a été arrêté et inculpé de viol. Il aurait violé la fille d’un haut dignitaire communiste. Il a été condamné à 12 ans de camp disciplinaire (le goulag).

À 21 ANS ans, c’est une arrestation violente. Il est libéré après plus de 4 ans d’emprisonnement et retrouve son club. Mais il ne défendra plus jamais les couleurs de son pays dans les compétitions internationales, étant allé en prison. Il a terminé sa carrière en 1970, lorsqu’il a également réussi à être le meilleur joueur de l’URSS en 1967 et 1968. Preuve de son talent irréfutable, il est toujours considéré comme l’un des meilleurs joueurs soviétiques de l’histoire.

Après la chute de l’URSS, il a été révélé que cette affaire de viol était un complot promu par le régime. Un sort très triste que celui d’Edward Strelstov.

Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.