Quel est le pays qui a colonisé l’Espagne ?

L’immigration espagnole, surtout en provenance de Galice ou des Asturies, a été moins massive que l’immigration italienne, mais non moins importante.

L’Espagne, deuxième pays d’origine des Argentins et premier historiquement. Ce sont les Espagnols qui ont colonisé le territoire qui forme aujourd’hui l’Argentine, mais à l’époque de la révolution de mai 1810, seulement 1% de la population était de nationalité espagnole. Le groupe ethnique majoritaire est noir. L’immigration massive des Espagnols au milieu du XIXe siècle a rapidement fait de Buenos Aires la deuxième ville la plus peuplée du monde de Gallegos, ce qui lui a valu le nom de cinquième province de Galice. Mais leur héritage est immense : la langue, la religion catholique et l’organisation politico-administrative.

A lire aussi : Infos pratiques sur la Barcelone

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, c’est essentiellement la pauvreté qui anime de nombreux Espagnols l’immigration, à la suite de la crise du secteur agricole et de l’effondrement des industries textiles locales. Beaucoup fuient également le dur service militaire de trois ans, puis de la dictature franque. La grande majorité est galicienne, ce qui explique pourquoi, encore aujourd’hui, en Argentine, on parle souvent de Gallego pour désigner un Espagnol d’origine ou de nationalité. Les autres viennent en particulier d’Andalousie, du Pays basque et de Catalogne.

Cette immigration a duré jusqu’aux années 1950, et depuis 1939, de nombreux réfugiés républicains ont fui la victoire du franquisme. Plus intellectuelle, cette immigration s’est impliquée dans la politique, a créé des maisons d’édition, etc. De 1857 à 1940, un peu plus de 2 millions d’Espagnols sont arrivés en Argentine, soit près d’un tiers des étrangers. En 1914, 830 000 Espagnols représentaient 10 % de la population.

A lire en complément : Quel est le pays qui a colonisé l'Espagne ?

Comme la plupart des immigrants, ont fondé des clubs sociaux, des journaux et des entreprises de soutien communautaire, le premier en 1857 : l‘association espagnole d’entraide. Ils s’installent dans différentes provinces et secteurs d’activité selon leur région d’origine : les Galiciens dans les villes où ils sont employés, les serveurs et les petits commerçants ou artisans, les Valenciens de Corrientes et de Misiones, les Andalous de Buenos Aires ou de Mendoza, où ils cultivent des oliviers et des raisins, les Basques du bétail et l’industrie laitière de la Pampa, etc.

Très vite, de nombreux Gallegos ont repris les cafés, les bars, les épiceries et les restaurants de la capitale. Leurs spécialités gastronomiques héritées d’Espagne étaient la charcuterie (jambon, tripes), certaines recettes traditionnelles (bouillon de viande ou piquant galicien, ragoût de poisson ou calderada, poulpe galicien, porcelet au lait grillé), les aliments de base (pommes de terre, châtaignes, poivre de Padrón, miel, fromages) et du pain) et quelques desserts (gâteau de Santiago ou Mondoñedo, churros, oreillettes et crêpes ou filloas).

La Armonía, fondé en 1899 au 1002 Avenida de Mayo, a reçu des acteurs avec ces plats espagnols en quittant les théâtres du quartier. Un autre point de rencontre pour les intellectuels espagnols est le café de l’hôtel Castela où Federico García Lorca séjournait et aimait converser au son de la Peña Signo, de sa cornemuse galicienne ou de ses gaitas et de ses tambourins ou panderetas. Aujourd’hui, la fête patronale de Saint-Jacques-de-Compostelle est l’occasion d’un grand rassemblement de toutes les confréries et associations galléganes d’Argentine à Saint Ignace, l’une des plus anciennes églises de la ville.

Le lien avec la culture espagnole est resté fort, pour des raisons historiques évidentes : il existe depuis le XVIe siècle. Près de la moitié des Casas Vascas sont situés en Argentine et le fondateur de Buenos Aires, Juan de Garay, était basque. Ces dernières années, les liens diplomatiques entre l’Argentine et l’Espagne se sont consolidés et les Espagnols sont les premiers investisseurs étrangers du pays.

Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.