La vérité sur les salaires cubains

Quand les médias internationaux disent qu’un un travailleur professionnel à Cuba gagne 20 dollars par mois (480 pesos), ils Disent la vérité. Mais c’est une vérité relative.

Il est évident qu’il est difficile de s’en sortir avec ce montant, au bord de l’extrême pauvreté.

Les institutions internationales, qui ne sympathisent aucunement avec le système mis en place sur notre île, l’affirment : Cuba est l’un des pays d’Amérique latine où les effets de l’extrême pauvreté sont moins visibles. En fait, l’indice de développement humain de Cuba est l’un des plus élevés de la région.

A découvrir également : Quelques conseils pratique pour voyager en Afrique du Sud

Cependant, le salaire moyen est évidemment l’un des plus bas du continent, probablement le plus bas. Comment expliquez-vous cette contradiction apparente ?

Simplement, la majeure partie de la population dépend (si au moins elle en a bénéficié) des subventions de l’État.

Personne ne dit qu’il s’agit d’une situation idéal (et ce serait stupide de le faire). Mais il est certain que, grâce à ces dispositions, il a été possible de réduire les coûts sociaux importants de la crise économique que le pays a subie.

A lire également : Quelle est la découverte de Vasco de Gama ?

Quoi qu’en disent les opposants à notre système, personne ne meurt de faim à Cuba, pas même ceux qui ne gagnent presque rien. Cela ne signifie pas que les gens remplissent toutes leurs aspirations économiques et sociales (mais c’est un autre sujet).

Les règles du jeu sont claires : ce n’est pas le cas il est possible de mesurer le pouvoir d’achat des Cubains vivant à Cuba outils applicables à d’autres entités et réalités économiques.

Voyons donc.

L’une des réalisations de la Révolution, l’une de ses principales normes, est de pouvoir compter sur les systèmes de santé et éducation absolument gratuite. Les chiffres ne font pas ça, ne mentent pas, les statistiques de ces secteurs d’activité placent Cuba au premier rang de toute l’Amérique latine.

Dis ça l’éducation et la santé sur l’île sont à leur meilleur niveau serait innocent ou une pure démagogie, c’est le moins qu’on puisse dire. Il est certain que la crise a également eu un impact sur ces secteurs.

Alors qu’il peut parfois être difficile de trouver des suppléments vitaminiques à la pharmacie ou que certains hôpitaux sont sales, il est certain que si un patient a besoin d’une greffe cardiaque, il est certain que si un patient a besoin d’une greffe cardiaque, il est certain que si un patient a besoin d’une greffe cardiaque, il l’obtiendra sans avoir à payer un fardeau !

De même, le niveau de nos professeurs est plus ce qui existait il y a 30 ans, mais un jeune homme va obtenir son diplôme université (dûment contrôlée), sans avoir à payer de gros montants argent.

Mais pouvoir compter sur des systèmes publics de santé et d’éducation gratuits et universels n’est évidemment pas le seul avantage dont bénéficient tous les Cubains.

Qu’en est-il de la nourriture que vous devez payer, du transport, de l’électricité, du gaz… ? Tous ces secteurs sont largement subventionnés par l’État, de sorte que leurs prix sont relativement faible.

Avec la carte de rationnement (livret de fournitures), chaque citoyen reçoit une quantité spécifique de marchandises à un prix presque symbolique . Cette quote-participation ne résout pas tous les problèmes pendant un mois, mais elle aide grandement. Les transports publics dans les villes sont très bon marché.

Le coût de la vie à Cuba

Un trajet en bus coûte 0,40 peso de monnaie nationale, soit 2 cents de dolés. Bien que le service, surtout pendant les heures de pointe, soit insuffisant. Beaucoup (ceux qui le peuvent) préfèrent prendre un taxi collectif appelé « almendrones » qui coûte entre 10 et 20 pesos la monnaie nationale, soit à peine 0,5 à 1 dollar.

Les prix de l’électricité et du gaz sont également bas. Je vis par exemple dans un appartement avec réfrigérateur, ventilateurs, chauffe-eau, autocuiseur électrique, télévision, micro-ordinateur, radio et autres appareils électriques… Je ne paie plus jamais 12 pesos par mois, soit un demi-dollar.

De plus, la plupart des Cubains ne paient pas de loyer pour rester.

Cela ne signifie pas que la situation immobilière est bonne : Plusieurs générations d’une même famille doivent parfois vivre dans une petite maison. Les locations sont réservées à ceux qui entrent dans un emploi dans l’État.

C’est un peu plus difficile pour ceux qui recevoir des salaires de l’État, acheter des vêtements ou des chaussures les réseaux de magasins de change (CUC), les prix sont élevés.

Certains profitent des possibilités offertes dans les centres d’usinage (uniformes et chaussures) et autres magasins de vêtements recyclés.

Il y a une partie de la population la plus vulnérable : les personnes âgées et les sans-abri. Pour eux, des restaurants ont été ouverts à des prix très bas et reçoivent une attention sociale personnalisée.

Il est certain qu’ils ont été les plus touchés par la crise. Ces dernières années, Surtout dans les grandes villes, nous avons remarqué un phénomène inconcevable il y a 30 ans : certaines personnes âgées demandent l’aumône dans la rue.

Personne ne dit que tout est facile, ou qu’il en est ainsi C’est une belle vie.

Une grande partie des Cubains s’organisent augmenter leurs revenus (certains de manière légale, d’autres en freinant la une infraction mineure et une minorité ayant recours à la délinquance).

Mais il augmente le pouvoir d’achat, le niveau de la vie, c’est une aspiration (et une demande) des citoyens qui travaillent, eh bien que tout le monde n’est pas motivé à travailler. Les prochaines années seront crucial. Les gens ont besoin de certitude.

Yuris Nôrido est journaliste dans les médias officiel comme le journal « Trabajadores » et le site Web numérique Cubases.

Membre du Parti communiste de Cuba, « parce qu’il est confiant de pouvoir être le moteur du changement nécessaire pour ce pays ».

Note du traducteur :

Cela signifie qu’avec un salaire moyen de 20 dollars, un Cubain peut payer 2 000 trajets en bus. À titre indicatif, un pour aller en bus à Lyon coûte, pour un livret de 10.1.50 euros, soit 2 dollars, multiplié par 2000, cela correspond à un salaire de 4 000$ par mois… ce n’est pas le cas Mauvais…

Autre constat : Comparez le prix de deux pesos pour aller au cinéma à Cuba, environ, sur la base de 9 euros à la place en France, 270 FOIS MOINS CHER. En d’autres termes, avec le prix d’une place de cinéma en France, nous allons au cinéma cubain 270 fois… pas si mal…

Source : Coopération à Cuba

Un article de YURIS NÖRIDO pour BBC World

Traduction : Daniel Maury, France-Cubalyon

Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *