Quelle année la guerre du Golfe ?

28 février 1991, le président américain George H.W. Bush a déclaré un cessez-le-feu qui a mis fin à la guerre du Golfe. Pendant six mois, près de 40 pays se sont réunis pour rejeter puis réprimer l’Irak de Saddam Hussein. 30 ans plus tard, quelles conséquences peut-on tirer de ce conflit « exprimé » ? Temps de lecture : 5 minutes Le

Le 16 mai 1916, les Britanniques et les Français signent les accords Sikes-Picot, du nom de leurs diplomates respectifs. Ce traité prépare le démantèlement de l’Empire ottoman et le partage du Moyen-Orient entre les deux grandes puissances. Au premier abord secret, l’accord est perçu comme une trahison de la part du monde arabe. Le départ des Ottomans devait être leur libération, il marque leur passage sous le contrôle d’une autre grande puissance.

Lire également : Où partir en Turquie en mars ?

L’accord sépare la province de Bassorah, qui allait devenir l’Irak, d’un minuscule territoire maritime, le Koweït, devenu un protectorat britannique. La raison de cette séparation est simple : elle permet aux Britanniques d’avoir un port stratégique dans le golfe Persique, également très riche en pétrole. Mais cette redéfinition territoriale perturbe presque complètement l’accès à la mer et les vastes réserves de pétrole de l’Irak. Dès le départ, cette division désavantage les Irakiens qui considéraient ce territoire comme leur propriété légitime.

Le conflit Iran-Irak ou l’erreur de calcul de Saddam Hussein

Lire également : Quel est la religion de la Syrie ?

Soldat iranien portant un masque à gaz lors d’attaques chimiques de l’armée irakienne En 1968, après une décennie de lutte pour le pouvoir, un coup d’État militaire a placé Saddam Hussein à la tête du pays. Sa politique non alignée fait le coup et le froid sur la relation entre votre pays et l’Occident. La nationalisation des puits de pétrole en 1972 l’a rapproché de l’URSS mais il s’en est éloigné quelques années plus tard pour se rapprocher des Occidentaux et jouer des deux côtés. Il a ensuite fait régner la terreur dans les cercles communistes et socialistes irakiens, mais aussi parmi les indépendantistes kurdes du nord du pays.

En 1980, après la révolution islamique iranienne, l’Irak a déclaré la guerre à l’Iran. La révolution a affaibli le pays, et Saddam voit de mauvais œil l’émergence d’un régime pro-chiite à ses frontières. Une victoire lui permettrait d’annexer certains territoires frontaliers et de devenir une puissance régionale importante. De plus, il développe depuis plusieurs années le désir de créer une super-nation arabe. C’est l’occasion rêvée d’écraser votre rival « embarrassant » et de prendre le contrôle de toute la région.

Le conflit est très similaire à la Première Guerre mondiale : l’Irak tente une attaque éclairante et envisage de gagner dans quelques jours. Mais le conflit est enterré et enterré. Il y a des tranchées, des barbelés et l’utilisation progressive d’armes chimiques telles que les divers gaz utilisés à l’époque. L’obsolescence des équipements militaires des deux côtés et le nombre de soldats poussent les belligérants à adopter des tactiques de charge humaine à baïonnette. Le conflit durera 8 ans, fera un million de morts et laissera les deux pays en ruine. Pour enfin une paix blanche, un retour aux frontières d’avant-guerre.

La guerre du Golfe, le conflit « inévitable »

À la fin de la guerre, Saddam Hussein a perdu en popularité. et le pays est très endetté envers ses voisins saoudiens et koweïtiens. Le fait que le Koweït ne respecte pas les volumes de production pétrolièreLes Koweïtiens découvrent l’intervention américaine le 17 janvier 1991, jour du lancement de l’opération « Tempête du désert » © Greg Bos — reuters entraîne également une forte inflation, ce qui affaiblit encore l’économie irakienne. C’est l’occasion idéale de revendiquer une attaque contre le territoire « volé » par les Britanniques soixante-dix ans plus tôt.

Le 2 août 1990, à deux heures du matin, les forces spéciales et la garde irakienne ont franchi la frontière par surprise. En quelques heures, le pays tombe entre les mains de l’armée. Là, un gouvernement fantoche est proclamé et le Koweït devient une province irakienne. Le problème est que le Koweït est soutenu par des Occidentaux qui ne peuvent plus le supporter depuis les doubles matchs de Saddam Hussein. Le 6 août, les États-Unis ont lancé l’opération Desert Shield pour protéger la frontière saoudienne. Cette première phase de la guerre, la plus longue des deux, durera jusqu’au 16 janvier 1991. Après l’échec des négociations de paix et l’arrêt du conflit, les États-Unis ont lancé l’opération Desert Storm le 17 janvier 1991 et ont inversé la guerre en un mois et demi. Le 28 février 1991, George H.W. Bush a mis fin au conflit en déclarant un cessez-le-feu.

Conséquences pour ne jamais finir

Paysage au Koweït le 28 février, fin de la guerre © Andy Clark — Reuters Le conflit est une catastrophe économique, humanitaire et écologique pour la région, en plus de ne résoudre aucun problème et de revenir, une fois de plus, à la situation d’avant-guerre. D’un point de vue économique, les industries irakiennes et les femmes koweïtiennes ont presque complètement disparu sous les bombardements de la coalition et la pratique de la « terre brûlée » pendant la retraite irakienne. L’embargo mis en place en tant que « punition » contre l’Irak empêche la pays pour se reconstruire.

Mais la catastrophe concerne également la vie directe des civils et de l’écosystème. La stratégie de bombardement dite des « 5 cercles » de la coalition laisse le pays sans eau courante, sans hôpitaux et sans nourriture. Rapidement, de nombreuses épidémies se sont propagées et l’espérance de vie moyenne en Irak est en baisse spectaculaire. Alors qu’ils battent en retraite, les soldats irakiens déversent des milliers de barils de pétrole sur les plages du Koweït. La pollution générée et la destruction de la faune et de la flore sous-marines sont encore visibles aujourd’hui.

Sur le côté ouest, la guerre du Golfe revêt une importance culturelle importante car les images quasi cinématographiques du conflit sont transmises en moyenne. Parce que le conflit marque la naissance de CNN, la célèbre chaîne d’information continue américaine, qui influencera beaucoup d’autres plus tard. Dans le moment présent au même titre que l’affrontement, la population occidentale boit les paroles des médias de masse qui seront largement critiqués et remis en question par la suite. Parce que CNN, la guerre du Golfe et l’information continue mettent en évidence un journalisme biaisé et l’incapacité de vérifier les fausses nouvelles.

© Christophe Simon — AFP La guerre du Golfe est la première guerre américaine pour le pétrole, une image qui reste fidèle à leur peau aujourd’hui. D’un point de vue strictement géopolitique, le conflit n’a absolument rien résolu, bien au contraire : la situation politico-idéologique d’avant-guerre a été maintenue et tout s’est produit un net ralentissement économique dans la région. L’appauvrissement et l’isolement de l’Irak ont permis à Saddam Hussein de surmonter sa chute de popularité. Pour maintenir le pouvoir, son régime s’est encore durci, passant d’un certain autoritarisme à une dictature pure et simple. Dans En réalité, le conflit a surtout déstabilisé l’ensemble de la région depuis de nombreuses décennies. La deuxième guerre du Golfe, qui a débuté douze ans plus tard, en est la conséquence directe. Un nouveau conflit dont les conséquences sont encore visibles.

César Xhenceval

Moyen-Orient

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Show Buttons
Hide Buttons