Qui sont les Doges ?

Le troisième étage a commencé par l’escalier d’or, qui se termine sur la place de l’Atrium, qui donne sur la cour du bâtiment. Entre l’escalier d’or et la jetée, il y a des salles dédiées au Conseil des Dix, qui est basé ici, la salle des trois têtes et l’armurerie. Entre l’escalier doré et la basilique Saint-Marc, après le hall à quatre portes, se trouvent des salles dédiées au Sénat et au Collège.

Lire également : Où se trouve espagnol de Barcelone ?

Le Square Atrium La salle était principalement utilisée comme salle d’attente, antichambre de plusieurs salles. La décoration remonte au XVIe siècle, à l’époque du Doge Girolamo Priùli, qui apparaît dans le tableau au plafond du Tintoret avec les symboles de son bureau, accompagné d’allégories de justice et de paix. Les quatre scènes de coin, probablement issues de l’étude de Tintoret, incluent des histoires bibliques — peut-être une allusion aux vertus du Doge — et des allégories des quatre saisons. La décoration de fête de la salle a été complétée par quatre tableaux de scène mythologiques, qui sont maintenant accrochés dans l’antichambre du Conseil de toute la maison. Ils ont été remplacés par l’Ange de Girolamo Bassano qui apparaît aux bergers et à d’autres scènes bibliques qui sont, avec réserve, attribuées au Véronèse.

A lire également : Où se trouve espagnol de Barcelone ?

**4**

**6

Chambre à quatre portes Cette salle était l’antichambre formelle des salles les plus importantes du palais, et les portes qui lui ont donné son nom sont richement encadrées de marbre oriental précieux ; chacune est surmontée d’un groupe sculptural allégorique qui fait référence aux vertus qui devraient inspirer ceux qui ont assumé les responsabilités du gouvernement. L’incendie de 1574 dans cette zone a endommagé cette pièce et ceux qui ont suivi immédiatement, mais heureusement sans dommage structurel. L’approche actuelle est une œuvre d’Antonio da Ponte et le design d’Andrea Palladio et Antonio Rusconi. Le plafond à caissons, décoré de stuc de Giovanni Cambi, appelé Bombarda, contient des fresques de sujets mythologiques et villes et régions sous domination vénitienne. Peinte par Jacopo Tintoretto à partir de 1578, cette décoration a été conçue pour montrer un lien étroit entre la fondation de Venise, son indépendance et la mission historique de l’aristocratie vénitienne – un programme d’auto-célébration déjà visible sur l’échelle dorée. Parmi les peintures sur les murs, on peut citer le portrait du doge Antonio Grimani (1521-1523) du Titien agenouillé devant la foi. Sur le chevalet se trouve une œuvre célèbre de Tiepolo, peinte entre 1756 et 1758, représentant Venise recevant des cadeaux de la mer de Neptune.

Les éléments saillants de cette salle sont son développement sur toute la profondeur du bâtiment, qui détermine la présence de polyphores sur le côté de la cour et de celui qui surplombe le Rio di Palazzo, et la présence de quatre portes monumentales menant au Vieux Collège, au Square Living Salle, la salle du Conseil des Dix et la salle du Sénat. JE les portails grandioses en marbre veiné sont constitués de colonnes corinthiennes qui soutiennent chacune une grotte architecturale régente, trois statues allégoriques. Les plus précieux, présents sur le portail de l’Anticollegio, sont ceux d’Alessandro Vittoria. Selon un projet Palladio de Giovanni Cambi, Bombarda, le plafond en tonneau est orné de somptueux stucs blancs et dorés, réalisés par Giovanni Cambi, qui encadrent les fresques du Tintoret mais contribuent également à la décoration elle-même. Le stuc est si précieux que cette pièce est parfois appelée Sala degli Stucchi. Le projet de fresques est attribué à Francesco Sansovino. Les murs sont entièrement recouverts de peintures présentant des sujets historiques ou allégoriques dont Venise est la protagoniste. La plus célèbre des œuvres est le Doge Antonio Grimani en adoration avant la Foi peinte par Titien vers 1575. Il date de 1745, Venise reçoit les dons de la mer de Neptune, de Giambattista Tiepolo, initialement placé au plafond et maintenant exposé un stand devant les fenêtres pour que vous puissiez apprécier les couleurs.Henri III Roi de France arrive à Venise accueilli par le doge Alvise Mocenigo et le Patriarche est plutôt une œuvre d’Andrea Vicentino, réalisée entre 1595 et 1600, qui, sans exceller de d’un point de vue artistique, commémore les initiatives prises par la Sérénissime pour célébrer l’arrivée du monarque.

Dans la même salle, comme la fresque des ambassadeurs de Nuremberg mérite d’être mentionnée comme la règle de leur gouvernement, les œuvres des frères Carlo et Gabriele Caliari méritent d’être mentionnées.

La copie des lois a été accordée par le Doge Loredano entre 1506 et 1508, avec l’approbation du Sénat local, qui a ensuite commandé deux œuvres d’art afin de transmettre à la postérité le souvenir d’un fait qui démontre leur respect et leur respect pour leurs lois également d’autres nations, complètement ignorées par le auteurs qui rapportent les événements contre les armes confédérées à Cambrais.

Andrea Vicentino a réalisé une première version en clair-obscur dans la mezzanine de la salle du Grand Conseil, décrivant un sénateur tandis que Manu remet une copie du code aux quatre ambassadeurs. Par la suite, les frères Carlo et Gabriele Caliari, peu après la mort de leur père et maître Paul, peignent la même scène en couleur, dans le cadre historique de la Grande Chambre du Conseil : le Doge Intronisé, aux côtés des conseillers, dont l’un a remis le précieux livre à l’un des quatre confirmé.

Les quatre légats de Nuremberg étaient patriciens de la ville, représentés dans les deux tableaux du Palais des Doges, tout en portant de somptueux vêtements de leur pays d’origine. Le Doge livre 12 feuilles de parchemin illustrées et latines présentant le droit civil vénitien vivant à l’époque. Le fait a été confirmé par Giustiniani, Pietro, Limnaeus sur les témoignages de Scotti, Doglioni et de divers historiens Alemanni.

En 1863, l’original remis aux légats a été conservé à la Curia Tutoria de Nuremberg et un troisième exemplaire était présent à Venise. Nuremberg avait de nombreuses institutions de droit romain, puis elle a changé pour adopter les institutions publiques de Venise.

Salle Anticollegio De la salle des quatre portes, il était également possible d’entrer dans la salle de l’Anticollegio, en communiquant également avec le Collège, où parmi les œuvres de Véronèse, Tintoret et Alessandro Vittoria, les délégations attendaient d’être reçues par la Seigneurie de Venise. Cet endroit était donc l’antichambre d’honneur qui a précédé la résidence de la Seigneurie. La décoration de cette salle est également le résultat de la reconstruction après l’incendie de 1574, basée sur des dessins de Palladio et Giovanni Antonio Rusconi, bien que les travaux aient été achevés par Proto Antonio Da Ponte.

La voûte est recouverte de riches stucs contenant des fresques de Paolo Veronese, malheureusement consommées. Dans l’octogone au centre, dans les couleurs animée par Véronèse, Venise est représentée dans l’acte de décerner des honneurs et des récompenses, tandis que les ovales monochromes sont désormais difficiles à lire. Les peintures sur les murs sont d’une beauté remarquable, l’œuvre des plus grands auteurs de la troisième moitié du siècle à Venise. Une fois que les murs sont recouverts de peaux dorées.

Parmi les œuvres sur les murs, de Tintoret, figurent les quatre peintures mythologiques sur les côtés des portes, initialement destinées à la salle à quatre portes et construites en 1576 : Trois Grâces et Mercure, Ariane, Vénus et Bacchus, Paix, Concorde et Minerve chassant Mars, Forge de Vulcain. Ce cycle, dont les peintures sont disposées symétriquement dans des cadres en stuc, sur la base d’un programme iconographique très complexe, est l’une des œuvres majeures du peintre dans les domaines mythologique et allégorique. Les personnages, dont les origines sont les différentes saisons de l’année, évoquent des moments de prospérité et d’harmonie tandis que les quatre éléments primordiaux : la terre, l’eau, l’air et le feu. Devant les fenêtres, le Viol de l’Europe de Véronèse (une œuvre de 1580 qui inspirera les peintres vénitiens du XVIIIe siècle par sa légère mélancolie) et le retour de Jacob by Jacob de Jacopo Bassano (contemporain de l’ancien et caractérisé par un réalisme extraordinaire). L’imposante cheminée en marbre blanc, qui montre une frise Chiaro palladienne et une dent inspirante, est située le long du mur où s’ouvrent les fenêtres, soutenue par deux télamons, attribués à Girolamo Campagna, surmonté d’un bas-relief représentant Vénus demandant des armes à Vulcano à Tiziano Aspetti. Sur le portail se trouve un groupe sculptural composé de trois personnages, tous Alessandro Vittoria, qui représentent Venise entre Concorde et Gloire.

Salle College La salle du Collège, communiquant avec l’Anticollegio et la salle du Sénat, était destinée aux réunions du Collège des Anciens et de la Seigneurie de la Sérénissime, des organes distincts mais interconnectés qui, ensemble, constituait le « Pien College ». Les ambassadeurs étrangers ont été accueillis ici, de sorte que la salle devait être particulièrement somptueuse. Conçu par Palladio et Giovanni Antonio Rusconi, mais construit sous la supervision d’Antonio Da Ponte, il apporte sur le mur du côté droit des deux horloges que la salle a en commun avec la salle du Sénat adjacente et des peintures de Tintoret, placées sur les murs et exécutées entre 1581 et 1584 et Véronèse, qui constitue le plafond et parmi lesquelles figure une représentation de la bataille de Lépante Parmi les œuvres du Tintoret, on citera le tableau représentant le mariage mystique de sainte Catherine, assisté par le doge Francesco Donà entouré de Prudence. La tempérance, l’éloquence et la charité caractérisent, comme les autres, la difficulté supplémentaire de combiner un épisode votif avec le portrait dogal, qui produira cependant des résultats incroyables en termes de solutions visant à briser l’effet de la monotonie et répétitivité.

Le plafond, l’un des plus beaux du bâtiment, est l’un des chefs-d’œuvre les plus célèbres de Paolo Veronese, auquel sont dus les onze peintures qui le décorent, avec des décorations en bois de Francesco Bello et Andrea da Faenza. Parmi ces deux artistes, qui ont travaillé dans le cadre du projet de Palladio, il y a aussi la cour avec la niche centrale avec un riche entablement. La foi et la religion sont représentées dans l’ovale au centre ; Faith, vêtus de vêtements blancs et dorés, montre le calice, tandis qu’en dessous se trouve un ancien sacrifice avec des prêtres qui brûlent de l’encens et se préparent à abattre l’agneau. Au centre se trouvent également Mars et Neptune avec, en arrière-plan, le clocher et le lion de Saint-Marc, et Venise trônant entre Justice et Paix (une œuvre également connue sous le nom de Venise accueille Justice et Paix, jouée entre 1575 et 1577, et le réalisme extraordinaire est de la solution de perspective intéressante offerte par la présence d’un semi-circulaire). Les huit autres toiles « T » et « L », caractérisées par une palette de couleurs exceptionnelle, elles contiennent des personnifications féminines de vertus qui peuvent être identifiées à travers les attributs qui les accompagnent : chien de fidélité, agneau pour la douceur, une hermine de pureté, un dé et une couronne de récompense, un aigle pour la modération, la toile de dialectique, une grue pour vigilance et corne d’abondance pour la prospérité.

Au-dessus des bancs pour le doge et les six mages, Véronèse présente également le portrait votif du doge Sebastiano Venier, où nous montrons le doge agenouillé pour remercier le Rédempteur de la victoire de Lépante, peint en arrière-plan. Il s’agit d’une œuvre destinée à célébrer les actes de Sebastiano Venier et de l’administrateur Agostino Barbarigo, dans laquelle se trouvent également les figures des saints Mauro et Justine et les allégories de la Foi et de Venise. Le long du mur qui abrite les fenêtres se trouve une immense cheminée conçue par Girolamo Campagna, qui a créé les statues latérales représentant Hercule et Mercure.

Salle du Sénat Depuis la salle des Quatre Portes, vous accédez à cet environnement, en communiquant également avec le Collège, qui surplombe le Palais de Rio et qui est destiné aux réunions du Conseil de Pregadi (ou Sénat), député du gouvernement de la République. La salle conserve son ancien nom : elle s’appelait également Gante parce que ses membres étaient invités à assister aux réunions du Conseil par le biais d’une invitation écrite. Plus précisément, les Sénateurs ont été élus par le Grand Conseil parmi les patriciens qui se sont distingués au combat ou dans l’administration de la République. Dévastée par un incendie en 1574, qui a causé la perte de la décoration précédente réalisée par Carpaccio, Giorgione et Titien, sa reconstruction a été confiée à Antonio Da Ponte et sa décoration à d’autres maîtres importants, parmi lesquels Tintoret, flanqué de son atelier, a joué un rôle très important.

Riche et solennelle, avec de splendides incrustations et dorures, la chambre abrite des œuvres de Tintoretto et Jacopo Palma il Giovane, plongés dans la dorure lumineuse qui abonde dans l’environnement. Les cycles picturaux qui enrichissent les murs ont été réalisés entre 1585 et 1595 lors de la Dogate de Pasquale Cicogna. Le même Doge a été représenté dans deux œuvres, l’une placée le long des murs et une partie de la décoration du plafond. Sur le mur qui fait face aux fenêtres, on peut voir les deux grandes horloges, dont l’une montre les signes du zodiaque. L’horloge qui marquait les heures tournait dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, comme toutes les montres fabriquées à cette époque et est indiquée chaque matin et après-midi à partir de 6 heures du matin, le soleil est né.

Quant à la décoration des murs, elle a été réalisée dans le but de célébrer. Au-dessus des sièges des sénateurs, reconstruits au XVIIIe siècle et au-dessus de la cour, un cycle illustre les œuvres de certains doges. Parmi eux, le Christ mort adoré par les Doges Pietro Lando et Marcantonio Trevisan, réalisé par Tintoret. Les autres murs ont des thèmes liés aux allégories et leurs décorations ont été principalement réalisées par Palma il Giovane, qui, cependant, a été aidé dans l’œuvre par des artistes tels que Domenico Tiepolo, Marco Vecellio et Lo Tintoretto lui-même. Une autre œuvre importante de Palma la Jeune présente dans la salle est l’allégorie de la victoire sur la Ligue de Cambrai, construite vers 1590 et destinée à célébrer la guerre entre Venise et les autres puissances européennes., jointe à elle par la Ligue de Cambrai : le protagoniste de la toile est le Doge Leonardo Loredan.

Il y a des décorations de plafond, achevées en 1581 et conçues par Cristoforo Sorte, des cadres en bois massif doré qui encadrent les œuvres de Tintoret, Marco Vecellio, Andrea Vicentino, Antonio Vassilacchi, Tommaso Dolabella, Palma le Jeune et Gerolamo Gambarato. On peut dire que le cadre en bois doré est constitué de l’union de rouleaux, de rouleaux et de festons. Au milieu se trouve la grande toile rectangulaire peint par Tintoret avec l’aide de son fils, Domenico, avec Venise assise parmi les dieux. Il représente le Triomphe des Vénitiens, un tourbillon grandissant de créatures mythologiques d’origine marine, qui montent à Venise, assis au centre, pour offrir des cadeaux et des remerciements. Parmi les conseils des dieux entourant la Sérénissime vêtus de vêtements royaux, on peut reconnaître Apollon, Mercure, Chrono, Mars et Vulcain.

Église et maison ancienne Une avancée est reliée à la salle du Sénat, remarquable par la décoration composée de stuc et de fresques néoclassiques réalisées par Jacopo Guarana. De cet endroit, on accédait à l’église privée du Sénat, utilisée uniquement par les sénateurs et les doges, rénovée par Vincenzo Scamozzi en 1593. L’appareil décoratif de cette chapelle palatine a été construit pour les fresques de Jacopo Guarana, tandis que pour les décorations architecturales de Gerolamo Mengozzi-Colonna et de son fils Agostino. Sur l’autel se dresse un magnifique groupe sculptural créé par Jacopo Sansovino, représentant la Vierge avec le putt et les anges.

Chambre du Conseil des Dix La Chambre du Conseil des Dix était destinée à la réunion de l’organe homonyme, étroit et tout-puissant, député de la sécurité de l’État. Le pouvoir judiciaire suprême de l’État, dont les méthodes impitoyables étaient souvent écrites, mais pas toujours impartiales, a été créé en 1319 en tant qu’organe temporaire chargé d’enquêter sur la conspiration de Baiamonte Tiepolo, alors magistrat permanent composé de dix conseillers et étendu au Doge et aux six ducaux conseillers ; le Conseil des Dix se déroule sur un podium en bois semi-circulaire où il discute des enquêtes et des procès contre les ennemis de l’État : un passage secret d’une armoire en bois mène à la salle à trois têtes.

Il ne reste plus rien du mobilier d’origine. Les décorations sont de Giambattista Ponchino, Paolo Veronese et Giovanni Battista Zelotti, avec des thèmes concernant la justice. Le Le plafond de la salle, imaginaire attribué à Daniele Barbaro, a été peint dans les années cinquante du XVIe siècle et est la première œuvre de Paolo Veronese dans la scène vénitienne. Plus précisément, le Véronèse est l’auteur de trois des tableaux actuellement présents parmi les neuf qui composent le plafond. Il a été peint par le peintre véronais de 20 ans en tant qu’assistant du méconnu Gian Battista Ponchino, Zelotti et Jacques d’Andrea. L’ovale au centre, avec Jupiter frappant les vices, est une copie de l’original de Véronèse confisqué par Napoléon et maintenant exposé au Louvre. En revanche, la boîte avec Junon a été retournée, également par les Véronais, avec la corne ducale, les pierres précieuses et l’or à Venise, dans une perspective audacieuse. Sous le plafond se trouve une frise précieuse représentant des chérubins, des armes et des trophées. Les murs sous ces décorations ont été réalisés par Andrea Vassilachi, Bassano et Marco Vecellio. La peinture de Venise sur le globe terrestre et sur le lion, réalisée entre 1553 et 1564, est l’une des allégories de la salle : le travail de Zelotti montre comment les peintures de ce dernier, bien que comparables aux lumières et aux couleurs de Vérone diffèrent des œuvres de ce dernier, semblent moins volumineuses et plus naturelles.

Salle Compass À côté de cette salle se trouvait le Compass Hall, qui servait d’antichambre à ceux qui avaient été convoqués par les puissants magistrats, qui doivent son nom à la grande boussole en bois qui mène aux cercles judiciaires à proximité et qui est surmontée d’une statue de justice. La décoration allégorique a été achevée en 1554 par Paolo Veronese. Toujours dans cette salle, le tableau au centre du plafond, chef-d’œuvre de Paolo Veronese représentant Saint Marc, a été enlevé par les Français en 1797 et conservé au Louvre. La cheminée monumentale a été conçue par Sansovino, tandis que les peintures sur les murs célèbrent les victoires de Carmagnole. Les murs se distinguent par la présence de panneaux de bois.

Autres cercles judiciaire au troisième étage noble Ceux qui ont été convoqués dans les cercles judiciaires voisins sont passés de la boussole à la pièce dont elle porte le nom.

La Chambre des trois chefs du Conseil des Dix, avec des œuvres de Tintoret, Veronese, Giambattista Ponchino et Giambattista Zelotti, où les dirigeants élus chaque mois par ce conseil ont nommé des enquêtes de processus. Leur tâche était d’ouvrir des lettres et de convoquer des réunions extraordinaires du Grand Conseil ; La décoration du plafond a été réalisée entre 1553 et 1554 : l’octogone central qui représente la victoire de la vertu sur le vice, œuvre de Zelotti. Le Veronese et le Ponchino étaient principalement dédiés à la décoration des secteurs secondaires. Depuis cette salle, vous pouvez accéder à la salle du Conseil des Dix par un passage secret caché par une armoire en bois.

La salle des trois inquisiteurs d’État, avec des peintures de Tintoret réalisées entre 1566 et 1567, où se trouvaient les magistrats puissants et redoutés chargés d’assurer la sécurité du secret par tous les moyens et à leur seule discrétion, choisis entre le Conseil des Dix et les conseillers du Doge. Ce pouvoir judiciaire a été créé en 1539 et est devenu connu pour avoir été autorisé à enquêter sur ces informations par tous les moyens, y compris le déni et la torture.

La salle des tourments, tortures directement liées au surplomb de Piombi, où les interrogatoires ont été menés en présence de magistrats. Malgré tout, la torture a commencé à être abandonnée au XVIIe siècle.

Armurerie du palais L’arène du palais, un ensemble de salles servant à ranger les armoiries du palais, était composée de quatre salles et compte environ 2000 salles prestigieuses. C’est le coin entre la façade du Rio di Palazzo et celle du Molo.

Salle I ou Sala del Gattamelata : c’est le nom donné à la belle armure de Gattamelata, surnom de Erasmus de Narni. Dans cette salle, il y a aussi d’autres armures du XVIe siècle, certaines comme infanterie, d’autres comme chevaliers et d’autres comme tournois. On remarque notamment une armure d’enfant ou peut-être un nain, retrouvé après la bataille de Marignano. Dans le hall, il y a aussi des arcs, des arbalètes, des lanternes de navires turcs d’origine.

Salle II ou Salle du Roi de France : caractérisée par la présence d’un étalon turc, butin de la bataille de Lépante et finement décorée, la salle présente également un cadre appartenant à Henri IV de France, donné à la République de Sérénissime en 1603 ou 1604, une armure pour tête de cheval, épées, décorée halberdes. L’armure royale est placée dans une niche conçue par Vincenzo Scamozzi.

Salle III ou salle Francesco Morosini, dédiée à cette dernière par le Concile des Dix : elle se caractérise par la présence d’un buste en bronze de ce dernier, placé dans une niche. Également dans la pièce, il y a des épées, des halberdes, des carquois, des arbalètes, une colubrine décoré datant du XVIe siècle, un arquebus du XVIIe siècle avec vingt tubes.

Salle IV : caractérisée par la présence de nombreuses armes mixtes, on y trouve des arbalètes, des canons, des haches, des épées de feu et des arquebuses du XVIe siècle. Il y a aussi la boîte du diable, qui peut cacher quatre canons et une flèche empoisonnée à l’intérieur. Il existe également de nombreux instruments de torture, flanqués d’une ceinture de chasteté et d’armes appartenant à la famille Carrara, originaire de Padoue mais vaincue par les Vénitiens en 1405.

Environnements administratifs Depuis la Piazza Atrium, vous accédez aux salles dédiées à l’administration et à la bureaucratie du bâtiment, avec la salle du notaire ducal, secrétaire des différentes magistratures de l’État et celle du député secret du Conseil des Dix. Secrétaire spécial du Conseil puissant. Vous pouvez également accéder à ces deux pièces en montant un escalier qui les relie au puits. Les bureaux du Grand Chancellier étaient situés dans la mezzanine et Régent à la Chancellerie, chef des archives, élu directement par le Grand Conseil, avec la salle adjacente de la Chancellerie secrète, où les documents administratifs les plus importants étaient conservés dans de nombreuses armoires : sur les portes supérieures, le miroir, les armoiries et les noms se détachent des chanceliers qui se sont succédé depuis 1268.

Palais des Doges à Venise

Le Palais des Doges (en italien : Palais des Doges) est un palais gothique vénitien et l’un des principaux monuments de la ville de Venise, dans le nord de l’Italie. Le palais a été la résidence du Doge de Venise, l’autorité suprême de l’ancienne République de Venise, et a été inauguré en 1923. Il fait aujourd’hui partie des 11 musées gérés par la Fondation des musées civiques de Venise.

L’histoire du Palais des Doges à Venise commence au Moyen Âge et se poursuit avec de nombreuses extensions, rénovations et démolitions visant à adapter le bâtiment aux nouveaux besoins de la ville, et en particulier à la nécessité de donner un siège aux instances dirigeantes augmentant leur nombre, ils ont commencé à soutenir le Doge dans l’administration, le privant de certains pouvoirs et diminuant l’espace dont il disposait.

En 810, après que Venise soit devenue la capitale de la Sérénissime au lieu d’Héracléa et de Metamauco, le siège du Doge y est construit, probablement sous la forme d’un bâtiment fortifié et à tourelles, bientôt flanqué d’une basilique.

Le complexe est resté pratiquement inchangé jusqu’au XIIe siècle, lorsque, avec la douelle de Sebastiano Ziani, une époque caractérisée par de nombreuses rénovations impliquant les trois ailes a été inaugurée. Dans les ailes sud, ouest et est, les travaux ont commencé, respectivement, avant 1340, 1424 et 1483, dans ce dernier cas à la suite d’un incendie suivi de deux autres, qui aurait provoqué la destruction de nombreuses œuvres d’art, rapidement remplacées grâce à l’œuvre des principaux maîtres vénitiens. Construisez les nouvelles de la prison et rénové le rez-de-chaussée entre le 16 et le 17 siècle, le Palais ne fait plus l’objet d’œuvres importantes, il est plutôt victime de dommages qui ont conduit à la suppression de nombreuses œuvres d’art.

Avec l’annexion de Venise au Royaume d’Italie, le bâtiment est passé sous la juridiction de ce dernier et est devenu un musée, une fonction qui continue d’assumer le siège du Musée civique du Palais des Doges, qui fait partie de la Fondation des musées civiques de Venise (MUVE) et a visité en 2012 1 319 personnes, 527 personnes.

Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Show Buttons
Hide Buttons