Une première rencontre entre le Maroc et le Polisario : les enjeux selon Cherkaoui Roudani

Interviewé par Imane Bouhrara

La 34e session de l’Union africaine, qui s’est tenue à Addis-Abeba le 6 février, annonce une première rencontre en face à face entre le Maroc et le Polisario après la reconnaissance du Sahara Marocain le 10 décembre. Cherkaoui Roudani, expert en études géostratégiques et de sécurité, expose les enjeux de cette rencontre après une série de succès diplomatiques-militaires au Maroc sur les ennemis de notre intégrité territoriale.

A découvrir également : La vérité sur les salaires cubains

Ecoactu.ma : La 34e session de l’Union africaine devrait avoir lieu à Addis-Abeba le 6 février. Quelles seront les implications de la reconnaissance de la Marocanité du Sahara par l’administration américaine le 10 décembre 2020 sur les travaux de cette session ?

Cherkaoui Roudani : Bien sûr, il y a et aura un impact plus important à différents niveaux. Dans Premièrement, les États-Unis sont un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et un maître de la symphonie des relations internationales.

A lire également : Quelques conseils pratique pour voyager en Afrique du Sud

C’est une grande puissance économique, diplomatique et militaire à l’échelle internationale et joue un rôle fondamental dans les relations multilatérales africaines et dans l’architecture des conceptions mondiales de l’ordre mondial.

Outre son importance dans la politique du continent africain, les pays du continent, sans exception, adaptent et adaptent leurs perceptions stratégiques en fonction de leur conception de Washington.

Aujourd’hui, et à la lumière des défis immenses auxquels le continent est confronté, l’Afrique est plus un problème américain qu’un problème européen ou chinois. Cela dit, tous les pays du continent sont conscients des enjeux et que les États-Unis sont la puissance de référence sur laquelle l’Union africaine a tendance à faire. le recours à la résolution de nombreux problèmes.

Il faut dire que les États-Unis ont une responsabilité particulière envers la communauté internationale et doivent défendre la démocratie. Cette perception universaliste est chère à Thomas Woodrow Wilson, Truman et Clinton.

En effet, reconnaissant le caractère marocain du Sahara en déclarant la prééminence du statut avancé proposé par le Royaume comme seule solution à ce conflit artificiel, les États-Unis ont adopté une nouvelle politique africaine fondée sur le pragmatisme et désherbant ainsi un environnement avec des questions géostratégiques et géopolitiques.

Ces dimensions exigent que plusieurs pays africains, qui hésitent encore, revoient sérieusement leur position. L’ordre mondial va subir de profonds changements, et l’Afrique a une histoire importante avec les États-Unis, qui ont joué un rôle clé dans l’apaisement et la résolution de divers conflits, en Angola, en Afrique du Sud et en Namibie.

En conséquence, Washington, reconnaissant le caractère marocain du Sahara, envoie le message d’un retour aux affaires continentales. En conséquence, plusieurs États africains suivront la voie américaine et s’engageront en faveur de la Marocanité dans les provinces méridionales.

En préparation de cette session, le ministre algérien des Affaires étrangères avait entamé une tournée dans plusieurs pays africains. Selon vous, quel est l’objectif de cette visite et quels en sont les avantages ?

À la lumière de ce que je viens de dire, le Royaume du Maroc est un état d’influence national en Méditerranée, au Proche-Orient et en Afrique. Les États-Unis veulent s’appuyer à nouveau sur ces trois régions géopolitiquement importantes pour rétablir certaines relations de pouvoir, et Rabat occuperait une place fondamentale dans cette réduction des effectifs. On peut supposer que l’Algérie a cherché, et continuera de le faire, à minimiser l’ampleur et l’importance de la reconnaissance américaine de la souveraineté du Royaume sur le Sahara, compte tenu de toutes les considérations géopolitiques et géostratégiques qui sous-tendent cette action.

Parce qu’en plus de cette reconnaissance, l’Algérie est préoccupée par les nouveaux paramètres du leadership marocain dans un domaine d’influence stratégique.

N’oublions pas que l’initiative de Washington intervient immédiatement après l’action militaire triomphale des FAR pour libérer le passage d’El Guergarat. En conséquence, Alger a été, et reste encore sous le choc, après le succès diplomatico-militaire du Maroc.

Cette opération de grande envergure avec l’ouverture de plusieurs consulats généraux dans les pays arabes, africains et caribéens et l’annonce par les États-Unis d’ouvrir un consulat général à Dakhla a fermé un chapitre et marqué la fin d’une partie.

Après plusieurs années de progrès significatifs en matière de développement économique, avec un nouveau modèle de développement économique dans les provinces du sud, ainsi que la délimitation des frontières maritimes du Royaume, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a jeté les bases d’une stratégie qui va gagner Le Maroc en termes d’influence et de souveraineté.

La période actuelle, marquée par l’épidémie de Covid, a permis à Rabat de se repositionner comme un modèle prévoyant de gestion et d’anticipation dans un monde où la géopolitique des vaccins est devenue un paramètre de souveraineté stratégique.

En fait, le Maroc quand il parle de questions africaines, de santé, de sécurité internationale ou du Moyen-Orient, il est crédible et légitime de dire sa parole car il ne s’agit pas d’un double emploi avec d’autres diplomaties.

Il n’est donc pas surprenant de voir Alger tenter en vain de contrer le cours de l’histoire, qui est de plus en plus propice à l’émergence d’une autonomie stratégique marocaine.

La possibilité pour le Maroc, au cours de cette session, de soumettre une résolution pour suspendre le polisario de l’UA est évoquée. Quelles sont les chances que cette demande soit couronnée de succès ?

Il est certain que la plupart, sans oublier que la grande majorité des pays africains refusent de laisser le continent rester piégé et victime de son passé.

Cette tendance de plus en plus compréhensible a été constatée avec le rejet total par l’organisation africaine des tentatives de séparation du « Front populaire de libération de la Tigrée » en Éthiopie.

C’est un secret de polichinelle, le continent est empoisonnés par le séparatisme et le terrorisme, deux phénomènes qui inquiètent et désamorcent toute bonne initiative visant à mettre le continent sur la bonne voie.

Dans ce cas, ils bloquent l’intégration continentale et sement des doutes quant aux possibilités de voir l’Afrique prospère et unie.

À ce niveau, Rabat continue de travailler sur tous les fronts pour soutenir plusieurs États dans leur lutte contre l’extrémisme religieux et les services de sécurité marocains n’épargnent pas leurs efforts pour augmenter le potentiel des forces de sécurité dans différents pays.

Sur le plan économique, il est important de souligner le rôle du Maroc dans le développement de la région de l’Afrique de l’Ouest, et ce déterminisme stratégique n’est un secret pour personne. Et il n’est pas surprenant de voir l’ensemble du Royaume membre de la CEDEAO.

La présence du Polisario au sein de l’UA est C’était une erreur stratégique et un obstacle majeur à l’unité africaine. Le moment est venu de corriger et de corriger cette tergiversation qui a coûté cher à l’harmonie du continent.

Au vu des récents développements géopolitiques avec l’ouverture d’une représentation diplomatique américaine dans la ville de Dakhla, l’exclusion du Polisario de l’UA est une question de temps.

Plusieurs États africains sont en train de revoir le règlement intérieur de l’organisation, y compris certains articles.

En 2016, lors du retour institutionnel du Royaume à l’UA, une première motion déposée par le Gabon avait obtenu une majorité relative de 28 voix.

Alors que les statuts exigent que 2/3 des membres votent en faveur de la demande d’exclusion de cette entité, il n’y a que 9 votes supplémentaires sur les 37 nécessaires pour suspendre la soi-disant « RASD » de l’organisation.

À la lumière de l’analyse de la situation diplomatique à l’échelle continentale et des enjeux mondiaux qui caractérisent l’ordre africain, il est légitime d’affirmer que le jeu est terminé.

Dans cette guerre d’hostilité contre le Maroc, les opposants à notre intégrité territoriale ont subi un nouveau revers, cette fois non seulement diplomatique mais aussi économique, avec la volonté manifestée par le Président du Nigeria de mener à bien des projets stratégiques avec le Maroc, en particulier le gazoduc qui traverse 14 pays africains, dès que possible. Quel est l’enjeu d’un tel projet sur l’échiquier africain et de reconfigurer la position marocaine en Afrique ?

En fait, il s’agit d’un projet ayant une dimension géostratégique et énergétique mondiale. Ce projet de 5660 km est d’une grande qualité importance pour un groupe de pays du continent. Il est structurellement important pour établir les premières étapes de l’intégration régionale et continentale.

Je pense que ce projet est révélateur d’un repositionnement stratégique de l’axe Abuja-Rabat dans des équations géostratégiques qui aura un impact sur la géopolitique, la sécurité et l’économie de 14 États africains.

Avec la CFCFTA, ce projet est un projet pilote qui aura un impact sur l’Atlantique Sud et aidera à lancer d’autres initiatives stratégiques avec d’autres partenaires qui manifestent constamment leurs intérêts en Afrique.

Il faut s’attendre à ce qu’un groupe de puissances, comme la Grande-Bretagne, ne reste pas insensible à cette restructuration géopolitique et géo-énergétique qui impose au Royaume un pont entre l’Est et l’Ouest, et entre l’Amérique et l’Afrique.

En fait, grâce à des actions diplomatiques constructif et inclusif, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a insufflé confiance dans l’utilité et la puissance de l’Afrique à l’échelle internationale.

En outre, le nouveau président américain Biden prévoit d’organiser un sommet Afrique-États-Unis dans un proche avenir, et les deux programmes Build Act et Prosper Africa sont probablement des initiatives qui seront des visions pionnières de l’engagement de Washington envers le continent.

Il est important d’inciter Washington à redimensionner ses deux initiatives afin qu’elles puissent stimuler un impact stratégique multidimensionnel.

En ce sens, le Maroc et surtout les provinces du sud peuvent être une plateforme essentielle pour les investissements américains et britanniques.

L’Afrique de l’Ouest compte une population de plus de 700 millions de personnes avec des ressources énergétiques colossales, mais ces Des pays comme la bande sahélo-saharienne sont confrontés à des menaces et à des défis qui exigent un engagement sérieux et crédible en faveur d’une conception mondiale du développement.

En ce sens, le Royaume du Maroc a tous les moyens d’être une porte d’entrée vers l’Afrique, comme l’a clairement souligné le président Joe Biden, et un mortier de liaison dans la construction d’une configuration géopolitique, une fois déployée et effondrée, et dont les influences pourraient avoir des dimensions sur la partenariats transatlantiques et trans-pacifiques.

Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.