Une visite dans le camp d’Auschwitz

En 2008, nous avons accompagné 150 étudiants dans l’ancien camp de la mort construit en Pologne par les nazis. Une relation intense et inoubliable… qui montre à quel point, soixante-quinze ans après la libération des champs, la transmission de la mémoire est cruciale.

À bord de l’avion se trouvaient également Charles Gottlieb, 82 ans (décédé le 8 mai 2015), qui a survécu au camp, et Josette Ilinski, qui a survécu à Ravensbrück (camp de concentration pour femmes, situé en Allemagne), ainsi que des représentants de différentes religions.

Lire également : Le climat et la température en Croatie

Lorsque nous arrivons, la neige tombe à Cracovie, dans le sud de la Pologne. Les étudiants courent dans des bus. Sarah et Feyrouz ont le ventre attaché à l’approche de la ville d’Oswiecim (Auschwitz, en allemand), autour de laquelle ont été construits trois camps de la mort (voir encadré ci-dessous). Les bus s’arrêtent. Derrière un porche de gauche se trouve Auschwitz-Birkenau. En quelques secondes, l’horreur de l’Holocauste (un mot qui signifie catastrophe en hébreu, fait référence au massacre des Juifs d’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale), se pose sous nos yeux.

Fedosenko/Tass/Sipa Ten sur un seul banc

La neige est en train de doubler. La température est tombée à — 7 °C. Gigantesque, le champ entouré de barbelés s’étend sur 175 hectares (l’équivalent du 1er arrondissement de Paris). Arrivés les premiers, les étudiants du collège Ludovic-Bréa de Saint-Martin-du-Var visitent la caserne en bois. « Les prisonniers sont entassés ici par centaines, parfois dix sur un banc », explique le guide. Deux collégiennes se tiennent la main. Collectionnée dans une grande couette, Pauline ne dit rien, pétrifiée par le froid et l’émotion.

Lire également : Quelle fleur est aussi un symbole de l'Angleterre ?

La mort des enfants et des vieillards

La boue adhère souvent à nos chaussures. Le guide nous vous invite à entrer dans les établissements de soins de santé. Il insiste : « Il n’y avait ni papier ni savon. Les SS n’y sont pas entrés et c’était le seul endroit où les déportés pouvaient parler librement. »

Maintenant, nous parcourons les pistes pour trouver Charles Gottlieb. L’ancien déporté pointe du doigt la « rampe de sélection », c’est-à-dire le quai sur lequel les déporteurs sont descendu des trains : « Ils ont été commandés par le médecin. La vie de ceux qui ont été jugés aptes au travail. La mort des enfants, des personnes âgées, des handicapés. Je suis arrivé sur cette rampe en juillet 1944. Il y avait des chiens, un bruit terrible. J’ai dit que j’avais plus de 19 ans. Si je n’avais pas menti sur mon âge, j’aurais été gazé tout de suite. »

Puis il montre un tas de pierres au loin : « Il y avait des chambres à gaz là-bas. Aujourd’hui ce n’est pas le cas, il ne reste que des ruines car elles ont été détruites par les nazis avant que l’armée soviétique ne libère le camp le 27 janvier 1945. Mais j’ai vu des flammes sortir des cheminées jour et nuit. UN jour, un SS m’a pointé du doigt et m’a dit : Vous êtes entré dans ce champ par la porte, vous allez y aller !
Peu à peu, les langues se déchaînent. « J’ai beaucoup lu sur la guerre. Je voulais vraiment venir ici », explique Theo. « Il remet vraiment les choses en arrière. Mes petites inquiétudes quotidiennes me paraissent ridicules », ajoute Flavia.

Un voyage comme celui-ci est sur le point d’être préparé

Tous les étudiants universitaires ont été préparés à ce voyage par leurs professeurs. « Ils ont dû se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’une visite d’agrément. On leur a demandé de rédiger une lettre de motivation », explique Jean-Marc Bragagni, professeur de géo-histoire au collège Alphonse-Daudet de Nice. Le voyage à Auschwitz est-il trop difficile ? À cette époque, le secrétaire d’État en charge des pays étrangers et président du conseil général, Christian Estrosi, accompagne les étudiants universitaires pour le quatrième année. « Chaque fois que les élèves sont bouleversés », dit-il. Il y a toujours un moment où ils se cassent. C’est difficile, mais je pense qu’à 14 ans, ils sont capables de prendre conscience de ce qui s’est passé ici. »

Après le déjeuner, la petite équipe rejoint le camp d’Auschwitz I à pied. En passant sous la tristement célèbre inscription Arbeit Macht Frei (« Le travail est gratuit », en allemand), les cœurs se resserrent. Charles Gottlieb déclare : « J’ai passé plusieurs mois ici, dans le bloc 14A. Je construis des tuyaux et je travaillais dans des sablières. On ne nous a presque rien donné à manger. C’était très dur », insiste-t-il. Les questions se posent : « Qu’est-ce qui se passait pour ceux qui ne l’ont pas fait ? Je ne comprenais pas l’allemand ? » », demande Roxane. « Ils recevaient des coups, d’autres coups », répond Charles Gottlieb. « Comment avez-vous gardé le moral ? » demande Royce. « Je n’ai jamais accepté ce qui m’arrivait. Je me suis toujours battu », poursuit-il.

Dans le musée, les étudiants pause étudiants universitaires

Il est temps d’entrer dans crématorium. Deux fours, témoins d’une horreur absolue, sont Là encore. Ils ont travaillé jour et nuit pour éliminer les corps. victimes, assassinées dans des chambres à gaz. Étudiants du collège quitte cet endroit, choqué.

Allons donc dans les blocs de prisonniers. Ils abritent aujourd’hui le musée d’Auschwitz. Derrière une fenêtre, deux tonnes de cheveux se sont éparpillées devant nous. Livide, une étudiante est ébranlante. Un autre ne veut pas entrer. Certaines personnes mettent les mains devant leur bouche pour les contenir nausée.

La visite macabre ne s’arrête pas : un rouleau de tissu fait de cheveux, de lunettes, de valises, de chaussures, de casseroles, de prothèses des déportés. La nuit tombe : c’est dans les sanglots et l’obscurité que la visite se termine. Retournons à Nice. David, Angélique, Flavia, Melanie, Sarah, Feyrouz, Ines, Sami, Lavinia et Aurelia dormaient très mal cette nuit-là.

Le complexe Auschwitz

Connu sous le nom de camp principal, a été construit en 1940 sur le site d’une ancienne caserne. Initialement destiné aux prisonniers politiques pour travaux forcés, il était équipé d’une chambre à gaz et d’un crématorium dès 1942. > Auschwitz II, dit Auschwitz-Birkenau, a été construit en 1941 près de Brzezinka (Birkenau, en allemand), à trois kilomètres du premier camp. Depuis 1942, des juifs de toute l’Europe y sont gazés. > Auschwitz III, connu sous le nom d’Auschwitz-Monowitz, a été construit en 1941 près de l’usine chimique d’IG Farben. C’est un camp de travail. Environ 1,1 million de victimes à Auschwitz. La grande majorité étaient des Juifs, mais aussi des Polonais, des Tsiganes, des prisonniers de guerre, des combattants du résistance et homosexuels.

Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.